L’annuel Rendez-vous Conservation Laurentides d’Éco-corridors laurentiens : une rencontre inspirante !

11 novembre 2022

Pour une huitième année, le Rendez-vous Conservation Laurentides a su être à la hauteur de toutes attentes. Éco-corridors laurentiens se réjouit du retour en force de son événement phare qui s’est déroulé le 19 octobre dernier au Best Western à Saint-Jérôme. Plus de 120 personnes se sont réunies pour discuter des meilleurs moyens pour conserver les paysages naturels de la région!

Imaginé par Éco-corridors laurentiens lors de sa constitution en 2012, le Rendez-vous Conservation Laurentides est un lieu d’apprentissages, de réseautage et d’échanges qui vise à faire des Laurentides une région où les milieux naturels sont connectés et les humains, interconnectés.

Une programmation réfléchie

Cette 8e édition du Rendez-vous Conservation Laurentides a couvert réflexions et discussions autour du thème suivant : « Quelles priorités en conservation, aménagement du territoire et politique pour l’avenir des milieux naturels de la région? ».

Brice Caillié, directeur général du Réseau des milieux naturels protégés est venu présenter un bilan de la conservation volontaire des Laurentides. La région compte 110 sites protégés par la conservation volontaire qui totalisent 5 503 hectares. Les municipalités des Laurentides jouent un rôle important dans la protection de ces milieux en étant propriétaires de plus de 900 hectares, soit 16% des sites protégés. Les organismes de conservation sont quant à eux propriétaires de 3 414 hectares, soit 68% des sites protégés.

Brice Caillié présentant le Bilan de la conservation volontaire dans les Laurentides 

Des exemples concrets pour une meilleure gestion du territoire 

À la suite des mots d’ouverture de monsieur Scott Pearce, maire du Canton de Gore et préfet de la MRC d’Argenteuil et de madame Martine Renaud, directrice du service de l’urbanisme et de l’environnement du Canton de Wentworth, un premier panel d’experts s’adressait au monde municipal et avait pour but de réfléchir à une vision d’avenir pour l’aménagement du territoire à échelle régionale : Que souhaite-t-on pour notre territoire? De quels outils disposons-nous pour l’aménager de façon durable? Quelles stratégies devrions-nous mettre en place? 

À gauche : Martin Vaillancourt, Marilou P.-Thomas, Isabelle Jalbert, Anne-Sophie Doré et Martine Renaud 
À droite : Kim Marineau lors la période de questions du public 

Un front commun pour les organismes en environnement des Laurentides 

Pendant ce temps, un atelier convivial et créatif a permis de réunir l’ensemble des organismes de conservation et autres acteurs et actrices en environnement présents afin de se doter d’objectifs communs pour une stratégie inter-organismes visant la consolidation des milieux naturels de la région. Les participants et participantes à l’atelier ont partagé plusieurs idées de grandeur afin de concocter une vision ambitieuse sur laquelle travailler ensemble dans les 10 prochaines années.  

Participants et participantes à l’atelier Identification d’une stratégie inter-organismes

Plusieurs élu.es au rendez-vous 

En après-midi, la tenue d’un panel composé de Scott Pearce, maire du Canton de Gore et préfet de la MRC d’Argenteuil, Catherine Hamé-Mulcair, mairesse de Sainte-Anne-des-Lacs, Frédéric Broué, maire de Sainte-Agathe-des-Monts, et Dominique Forget, mairesse de Val-David, fût l’occasion d’entendre ces élu.es sur des actions politiques porteuses en matière de conservation des milieux naturels. Plusieurs participants et participantes ont profité de l’occasion pour faire entendre leurs préoccupations, leurs idées et leurs questionnements face à la gestion de l’aménagement du territoire et l’avenir des milieux naturels dans les Laurentides. Le message porté par les élu.es fût clair : investir dans la protection des milieux naturels est profitable à long terme, et les espaces protégés deviennent des lieux emblématiques de la région.  

De gauche à droite : Scott Pearce, Dominique Forget, Frédéric Broué et Catherine Hamé-Mulclair 

Des témoignages touchants et pertinents  

Patrick Gravel, botaniste et initiateur de la Grande Marche pour la protection des forêts, a démontré à l’aide d’une présentation touchante l’importance de se rassembler pour contribuer à l’amélioration du réseau des aires protégées du Québec. La Grande Marche a pu témoigner que la mobilisation citoyenne et les collaborations autochtones-allochtones pour la conservation des milieux naturels touchent petits et grands et ont un impact significatif sur la création d’aires protégées au Québec, comme ce fût le cas pour le territoire Mashkiki. 

L’organisme de bassin versant de la rivière du Nord, Abrinord, est venu présenter la valeur économique associée aux services rendus par les milieux naturels pour un aménagement durable du territoire. Différents services écologiques (comme la séquestration de carbone, l’approvisionnement en eau, la protection contre les inondations, etc.) ont des valeurs monétaires qui peuvent être prises en compte par les municipalités dans la planification et la gestion du territoire. 

À gauche : Dessins faits par des enfants participants à la Grande Marche pour la protection des forêts 
À droite : Jasmine Boissé et Mélanie Lauzon d’Abrinord
Katrine Turgeon présentant ses résultats de recherche 

La conservation et les enjeux socio-économiques 

Katrine Turgeon de la Chaire de recherche sur les enjeux sociaux de la conservation (CESCO) professeure et chercheure au Département des sciences naturelles de l’UQO a pu partager les résultats de démarches de consultation qui ont permis de cerner les enjeux et opportunités liés à la mise en place d’aires protégées en terres privées, ainsi que de mettre de l’avant l’importance de la prise en compte des facteurs sociaux économiques dans les démarches de protection. 

Une rencontre incontournable pour les acteurs et actrices de la conservation 

« L’événement a pu démontrer qu’il y a de plus en plus d’engouement pour la protection des espaces naturels des Laurentides. L’accès à la nature était au cœur des préoccupations, vu les nombreux bénéfices que les milieux naturels procurent à la santé physique et mentale de la population. Pourtant, plusieurs municipalités font face à des embûches sur le terrain. Le Rendez-vous fût l’occasion de discuter de ces enjeux et d’échanger sur une vision d’avenir des milieux naturels des Laurentides. Nous avons également pu réfléchir aux meilleurs moyens à mettre en œuvre pour l’atteinte d’une plus grande superficie d’aires protégées dans la région.  Le Rendez-vous fût un grand succès et nous sommes déjà impatientes de retrouver nos partenaires lors de sa prochaine édition, à l’automne 2023 » – Marie-Lyne Després-Einspenner, directrice générale, Éco-corridors laurentiens. 

En organisant cet événement chaque année, Éco-corridors laurentiens aspire créer des ponts durables entre les parties prenantes du territoire dans la recherche de solutions pour la mise en valeur et la protection des milieux naturels. L’organisme souhaite également valoriser ce moment d’unisson en offrant aux participants la possibilité de faire partie d’un réseau solide, novateur et grandissant. 

Plus de 120 personnes étaient présentes à l’événement


Partenaires financiers

Commandité par Équipe Laurence